Moto débridée : quels risques vis-à-vis de mon assurance ?

assurance moto

Vous voulez débrider votre moto ou votre scooter pour faire en sorte de rouler plus vite. Vous vous interrogez malgré tout sur les conséquences d’une telle démarche. Concrètement, vous risquez quoi ? On vous explique tout.

Débrider sa moto légalement, ça veut dire quoi ?

Jusqu’en 2016, la loi française interdisait indistinctement la circulation de motos de plus de 100 cv.

Les revendeurs étaient alors dans l’obligation de brider les véhicules. Débrider sa moto signifie donc que l’on enlève les éléments mécaniques empêchant aux machines d’être trop puissantes. Depuis 2016, la puissance d’une moto n’est plus limitée à condition qu’elle soit équipée d’un système de freinage antiblocage de roues (ABS). Le débridage d’un véhicule deux roues est donc légal, mais sous certaines conditions supplémentaires : le modèle du véhicule existe aussi en version pleine puissance et la moto est antérieure à la norme Euro4. Enfin, le débridage doit impérativement être effectué par un professionnel. Un certificat de débridage doit être obtenu de la part de la marque du véhicule. Le débridage entraîne des obligations administratives et le changement de puissance doit être mentionné sur la carte grise. Votre compagnie d’assurance devra aussi modifier votre contrat d’assurance moto en tenant compte de la nouvelle puissance de votre véhicule. Il faut donc l’informer de ce changement.

Débrider sa moto soi-même : des risques multiples

Si, malgré tout, vous choisissez de débrider vous-même votre moto ou votre scooter, notamment un 50 cm3, sachez que vous êtes dans l’illégalité et que les conséquences sont multiples. 50 % des accidents de scooters sont causés par des deux-roues 50 cm3 débridés.

Une démarche passible de sanctions

Il faut savoir que toute opération de débridage faite en dehors des conditions citées plus haut est sanctionnée par la loi. Conduire un véhicule débridé est passible d’une amende de 135 € qui peut être assortie de 68 € supplémentaire pour cause de bruit excessif. Le véhicule peut être confisqué. Vous risquez aussi d’être considéré comme roulant sans assurance, car votre contrat est automatiquement annulé et il vous en coûtera une amende pouvant aller jusqu’à 3 750 €.

Un risque pour votre sécurité

Un véhicule débridé illégalement peut donc rouler à une vitesse deux fois supérieure à celle à laquelle il est sensé rouler. Il est évident que cela entraîne un risque pour la sécurité du conducteur. Les autres équipements et la structure du véhicule ne sont pas adaptés à la nouvelle puissance. Par exemple, le système de freinage n’est plus adapté à la vitesse que peut atteindre la moto.

Un risque d’annulation d’assurance

Une fois débridé, le véhicule ne correspond plus aux indications portées sur sa carte grise. Ainsi, il ne correspond plus aux conditions mentionnées au contrat d’assurance auquel vous avez souscrit originellement. Il y a donc un risque pour que le contrat d’assurance moto soit annulé. En cas d’accident, il n’y aura de toute façon aucune indemnisation. Si le conducteur est mineur, les parents sont responsables des dommages qui ont été causés. S’il est majeur, un conducteur de véhicule deux-roues débridé ayant provoqué un accident peut payer toute sa vie des dégâts matériels ou corporels causés à un tiers.

Enfin, du fait que le véhicule déclaré au moment de la souscription du contrat d’assurance ne correspond plus au véhicule, cela peut être considéré comme une fausse déclaration. Là encore, ce sont de lourdes sanctions qui sont à la clé.

Débrider une moto ou un scooter dans des conditions non permises par la loi est lourd de conséquences. En plus d’être sanctionnable, cette démarche est dangereuse et votre assurance résiliera toute garantie de façon rétroactive.